Une journée avec Amélie et Germain – Garde-Manger, épiciers à Nantes

Like 19
Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes

C’est en plein cœur du quartier Saint-Félix, à Nantes, que nous sommes allés rendre visite à Amélie et Germain, propriétaires de l’épicerie Garde-Manger, un endroit à l’ambiance familiale et conviviale où l’on trouve une multitude de bons produits.

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Amélie et Germain : Nous sommes Amélie et Germain, les heureux propriétaires de l’épicerie Garde-Manger qui se situe quartier Saint-Félix à Nantes.

Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes

 

Aujourd’hui, de qui êtes-vous accompagnés au Garde-Manger Saint-Félix ?

A : À ce jour, je suis principalement toute seule et Germain m’aide. Bientôt, nous allons de nouveau retravailler à 100 % ensemble. L’épicerie prenant de l’ampleur, nous avons maintenant besoin d’être deux à y travailler.

Comment êtes-vous arrivés dans ce métier d’épiciers ? Qu’est-ce qui vous a donné envie ? Quel parcours avez-vous eu ?

G : À la base, je suis issue du domaine de la restauration et du vin. Nous sommes arrivés à Nantes dans l’idée d’ouvrir une cave à vin parce qu’on était auparavant en Bourgogne où l’on travaillait dans le vin. On avait envie de changer de lieu, avoir plus d’espace et donc Nantes, pays du Muscadet, est arrivé un peu comme une évidence. Et Amélie avait aussi de la famille dans le coin.

A : Pour ma part, avant de reprendre le Garde-Manger, j’ai travaillé dans le commerce des livres et il y a quinze-seize ans, je me suis reconvertie dans le vin, notamment dans la vigne et la cuverie, et un peu en restauration.

Pourquoi le Garde-Manger ?

G : Lorsque l’on est arrivés à Nantes, on s’est installés quartier Saint-Félix. On cherchait alors des locaux pour ouvrir une cave à vin, mais nous n’avons pas forcément trouvé ce qui nous plaisait. Puis, un jour, en allant à la boulangerie, on est passés devant cette boutique, qui était déjà le Garde-Manger. On s’est alors dit qu’une épicerie, ce serait sympa aussi. Et le hasard a fait qu’un jour, l’ancienne propriétaire du lieu a vendu et ni une ni deux, nous avons repris l’affaire.

« Le Garde-Manger c’est vraiment une épicerie de quartier, on veut vraiment être une épicerie du quotidien »

À quelle heure vous commencez vos journées à l’épicerie ? Et comment s’organisent-elles ?

A : Ma journée à l’épicerie commence aux alentours de 8h45. Lorsque j’arrive, je dois tout mettre en place, c’est beaucoup de manutention. Entre le fromage, les légumes, le réassort de tous les produits, le ménage, la comptabilité, les commandes. Il y a beaucoup de choses à faire, on ne s’ennuie pas. Ensuite, on ouvre la boutique à la clientèle de 10h à 13h et de 15h30 à 19h. Les clients viennent souvent le matin et le soir aux alentours de 17h30, au moment de la sortie de l’école. Mais, après 19h, nos journées ne sont toujours pas finies. Il faut tout ranger, emballer le fromage, ranger les fruits dans la chambre froide… Je finis donc mes journées aux alentours de 19h30-45.

Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes

Toutes vos journées se ressemblent-elles ? En avez-vous une préférée ?

A : Il y a une base qui est là, mais toutes les journées sont différentes. Mon moment de la semaine préféré, je dirai que c’est le samedi matin parce que tout le monde est assez décontracté, on peut discuter plus longtemps avec les clients.

G : À l’approche des week-ends, on a beaucoup de livraisons et de commandes à préparer, que ce soit des planches de charcuteries et de fromages, pour des apéros ou des repas. L’arrivée de l’automne annonce le retour de la raclette, il faut donc couper le fromage et le mettre sur des plateaux. Pour ma part, c’est le vendredi soir que j’aime bien. Le coup de feu, la fin de semaine. On fait une journée en à peine une heure. Ça commence avec la sortie de l’école et ça ne s’arrête pas jusqu’à la fermeture.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier d’épiciers ?

G : Ce qui est vraiment agréable dans notre métier, c’est qu’on passe du temps avec nos clients. Ce sont souvent des habitués, on voit les enfants qui grandissent, etc. Quand ils viennent en boutique, on les suit dans leur parcours. Ils commencent par le fromage, puis ils vont aux légumes, reviennent sur leurs pas parce qu’ils ont oublié la charcuterie. C’est vraiment marrant et très sympa !

A : On veut que, quand les gens sont dans le magasin, ce soit un lieu convivial. Et, Saint-Félix, c’est véritablement un village, tous les gens se connaissent. En boutique, tout le monde se parle. Lorsqu’il y a du monde dans le magasin, l’attente peut parfois être longue, alors le fait que tout le monde se connaisse fait qu’ils peuvent discuter entre eux et le temps passe plus vite.

Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes

Qu’est-ce qui vous motive chaque jour ?

A : Moi, ce qui me motive avant tout, c’est de rendre les gens heureux, de faire attention à ce que tout le monde puisse manger des choses saines, et puis il y a aussi l’ambiance du quartier qui est très agréable. Pendant le covid, on a pu voir l’importance des petits commerces. On voyait des gens faire la queue une heure, pendant que nous préparions leurs commandes. Mais ils ne nous ont jamais lâchés.

G : Même si on n’aime pas dire que nous sommes une épicerie fine, on aime quand même proposer des produits de qualité. Par exemple, les vins que nous proposons, nous les sélectionnons avec soin. Pour les fruits, on fait très attention à n’avoir que des produits de saison. C’est motivant de vouloir proposer le meilleur pour ses clients.

« On souhaite démocratiser un peu l’épicerie fine ! »

Comment est-ce que vous choisissez vos produits avant de les proposer au sein du Garde-Manger à Nantes ?

A : Pour le vin, étant donné que ça fait longtemps qu’on est dedans, on connaît pas mal de vignerons. Et, sinon, tout ce qu’il y a dans le magasin, on le mange. Donc avant de vendre un produit, on le goûte. On choisit aussi les produits de manière à ce qu’on ne les retrouve pas en grande surface. Bon, des fois, il y a quelques ratés (rires). L’esthétisme est aussi un critère de sélection. Aujourd’hui, on se rend compte qu’une bouteille avec une jolie étiquette se vendra mieux que le même vin dans une bouteille avec une étiquette moins jolie.

G : On est sensibles au bio et au local, surtout pour nos fruits et légumes. On s’approvisionne essentiellement en Loire-Atlantique, Bretagne et Vendée. Bien sûr, on n’oublie pas non plus notre Bourgogne de cœur, alors on fait aussi venir des produits bourguignons. Le prix joue également dans notre choix de produits. Et puis, à un moment, on commence à connaître les habitudes de notre clientèle. Parfois, on essaye d’amener des choses un peu nouvelles, mais les gens reviennent vite aux produits essentiels.

Si vous deviez présenter chacun un produit de votre boutique, lequel serait-il ?

G : Pour moi, ce serait le royal truffé. C’est un fromage très aimé de notre clientèle. Il y a même des gens qui viennent de l’Île de Nantes pour l’acheter !

A : Pour ma part, je recommande chaudement le vin « MusKdé ». Il est délicieux et produit par un vigneron très sympa, l’un des premiers avec qui nous avons travaillé. J’aime aussi beaucoup les fruits et légumes que nous proposons. Surtout les pommes de terre et les champignons. Ils sont vraiment délicieux. Ce sont des produits basiques, mais j’aime ça.

Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes    Garde-manger-saint-felix épicerie à Nantes

Avez-vous des anecdotes à raconter ?

G : Durant longtemps, nous avions des clients très fidèles qui venaient tout le temps faire leurs courses à l’épicerie. Mais maintenant avec l’âge, ils ne peuvent plus venir, donc je vais les livrer tous les mercredis. Chaque semaine, j’ai rendez-vous avec eux, et je passe toujours un bon moment. Je sais que je leur fais plaisir alors ça me fait aussi plaisir.

Un petit mot pour la fin ?

A : Pour le mot de la fin, je dirai qu’il ne faut pas avoir peur de rentrer dans les petites épiceries et de peut-être consommer et manger moins, mais mieux, dans la mesure du possible.

G : Il faut oser pousser la porte des petits commerces. Souvent, les gens ont des a priori sur les petits commerces et se disent que ça va forcément être plus cher qu’en grande surface. Je pense que sans tous les petits commerces, les quartiers seraient juste des dortoirs.

Un grand merci à Amélie et Germain de nous avoir accueillis dans leur merveilleuse épicerie nantaise du Garde-Manger. Si vous aimez les bons produits, locaux et de qualité, on est sûrs que cette adresse vous ravira !