Portrait de Gildas, coiffeur à La Mèche Rebelle

Like 19
La Mèche rebelle à Nantes

C’est au cœur de la rue Maréchal Joffre, rue animée du centre-ville nantais, que nous avons poussé les portes de La Mèche Rebelle, un salon de coiffure aussi atypique qu’authentique, au charme fou. Nous y avons été chaleureusement accueillis par Gildas, le gérant et créateur. Nous avons discuté avec lui de son histoire, son parcours et la vision qu’il porte sur le métier de coiffeur.

Peux-tu te présenter ?

Gildas : Je m’appelle Gildas, plus connu sous le nom de Gibus. Je suis coiffeur à la Mèche Rebelle, le salon que j’ai crée rue Maréchal Joffre à Nantes, il y a quatorze ans. Je suis également formateur indépendant pour la marque Sebastian Professional, qui est une marque cosmétique et capillaire, avec qui je collabore depuis plus de vingt ans. Avant d’ouvrir mon salon, j’ai travaillé pendant dix ans dans l’univers de la mode et du défilé !

La Mèche Rebelle salon de coiffure à Nantes rue Maréchal Joffre

Comment es-tu arrivé au métier de coiffeur ?

G : Je souhaitais travailler dans l’image, et c’est la coiffure qui s’en est le plus rapproché. Je viens de la ville d’Agen, et quand on vit dans une ville de Province, la mode nous paraît très loin et très inaccessible. J’ai découvert la mode dans les magazines des années 80 où il y avait de très belles séries de photos. J’étais fasciné par la beauté des hommes et des femmes sur ces photos, avec des grands styles de l’époque. Être photographe me semblait impossible, être styliste-modéliste encore plus. Et puis, j’ai découvert que la coiffure permettait de travailler une image sans forcément être dans un salon et je me suis alors intéressé à ce métier. J’ai ensuite fait la rencontre d’un ami de mes parents qui était coiffeur à Paris, il m’a beaucoup inspiré et je me suis lancé en passant un CAP coiffure.

Quel a ensuite été ton parcours professionnel ?

G : J’ai eu un cursus un peu à l’envers (rires). J’ai commencé par être intégré dans un centre de formation en tant que formateur indépendant, où j’ai été repéré lors d’un stage. Ensuite, j’ai passé des formations, j’ai fait mes propres expériences professionnelles. En formation, on se doit de tout maîtriser et montrer tout ce que la coiffure est capable de faire. J’avais donc touché à l’artistique, aux chignons, aux coiffages studio pour la presse parce qu’on avait une image à représenter lors des occasions et des événements coiffure. Quand je suis monté à Paris, j’avais déjà tout l’historique et l’expérience, mais je n’avais pas vraiment vécu le côté mode. Je connaissais déjà des marques, et ma priorité était de rester dans la retransmission. Un jour, j’ai eu l’occasion de remplacer un ami du milieu de la mode qui n’était pas disponible pour un événement, et c’est comme ça que j’ai fait mes premiers pas dans ce monde. Ensuite, ça a été de la démarche : aller voir des maisons, des agences, …

Tu as travaillé sur des défilés ?

G : Oui ! En mode, il peut y avoir plein de possibilités. Moi, c’est souvent par les relations et les contacts que j’ai été amené à travailler sur des salons de mode, notamment au salon Who’s next, mais aussi au sein de salons ; du mariage, de lingerie…

Pourquoi as-tu voulu ouvrir ton propre salon à Nantes, et pourquoi avoir choisi la rue Maréchal Joffre ?

G : J’ai choisi cette rue car j’ai vécu douze ans à Toulouse et l’endroit où je travaillais là-bas était un copié-collé du quartier Joffre tel qu’il est maintenant. La rue Joffre s’est bonifiée avec des ouvertures de commerces. Ce n’était pas ça il y a treize ans lorsque j’ai ouvert, c’était un pari sur l’avenir ! La rue Joffre c’est aussi la première rue de Nantes que j’ai traversée quand je suis arrivé dans cette ville. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à y faire, j’ai vu ce local, qui était déjà un salon de coiffure à l’époque, et je me suis dit que c’était un bon spot. Le jour où j’ai cherché un local, c’est sur celui-là que je suis tombé ! J’y ai donc ouvert mon salon, tout en gardant à côté mes meilleures dates et mes meilleurs clients sur Paris pour des prestations de services. Et ça fait maintenant treize ans que je travaille ici aux côtés d’une super équipe.

La Mèche Rebelle salon de coiffure à Nantes rue Maréchal Joffre

Si je dois résumer, aujourd’hui tu fais des formations et tu coiffes au sein de ton salon la Mèche Rebelle ?

G : Exactement. Mon quotidien est principalement tourné vers le travail de coiffure sur la clientèle, avec Fanny et Nina, mes collaboratrices. En parallèle, j’ai gardé mon partenariat avec Sebastian Professional ce qui m’amène à voyager à Paris ou dans d’autres villes de France. Pendant des années, on a aussi travaillé pour Le Voyage à Nantes ; on coiffait pour le défilé qui introduisait et clôturait cet événement.

« Le salon, c’est un peu comme ma deuxième maison »

Quelles sont les prestations que vous proposez à la Mèche Rebelle et qu’est-ce qui vous différencie des autres salons de coiffure selon toi ?

G : A la Mèche Rebelle, on aime l’idée d’être un salon de coiffure authentique. J’appelle aussi ce salon un atelier, pour avoir une démarche plus proche de l’artisanat. Je considère l’artisanat comme de l’art et ici au salon, on essaye toujours de prendre le temps avec chacun de nos clients et de faire en sorte qu’ils ressortent coiffés comme ils l’espéraient en rentrant. Le principe de l’atelier, c’est aussi de nous permettre de travailler avec tous les outils : ciseaux, tondeuse, rasoir… On peut alors utiliser tous les services qui vont embellir le cheveu, même si nous ne pratiquons pas certaines méthodes comme les permanentes ou le défrisage.

On veut avoir un rapport de confiance et de vérité avec nos clients. Notre salon est aussi un lieu culturel ; on organise des expositions à l’année avec des luminaires, des photos… On veut toujours garder un lien avec les métiers d’expressions qu’on souhaite mettre en avant. Ces artistes nous transmettent leur énergie, on leur transmet la nôtre et cela fait de ce lieu un endroit de rencontres. On peut venir à la Mèche Rebelle pour se faire couper les cheveux, mais aussi pour venir voir l’exposition en cours !

« Notre salon se veut être accessible à tous, dans l’authenticité »

De qui es-tu accompagné au salon ?

G : Je suis accompagné de Fanny qui est arrivée au salon il y a dix ans maintenant. Dix ans de collaboration qui, je l’espère, dureront encore longtemps (rires). Nina est venue compléter l’équipe il y a un an. On est donc trois aujourd’hui, et cela me convient bien, car le salon ne nous permet pas forcément d’être plus nombreux.

La Mèche Rebelle salon de coiffure à Nantes rue Maréchal Joffre

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier ?

G : La rencontre avec ma clientèle. Une coupe de cheveux, c’est une finalité, mais elle peut traduire de nombreuses situations et ce que je veux, c’est surtout que les clients passent un bon moment au salon. C’est ça qui me plaît par-dessus tout.

Quelle est la demande la plus improbable qu’un client t’aie faite ?

G : Celle d’avoir un chignon de mariée druidique (rires). C’était un couple passionné par leurs origines bretonnes et expatrié à Marseille qui revenait faire leur mariage dans la région. La mariée m’a expliqué qu’ils étaient vraiment fan de la culture celtique, son futur mari avait prévu de porter un kilt pour le grand jour et elle, elle voulait un chignon druidique. Le challenge de cette demande, c’était qu’elle avait les cheveux à peine assez longs pour faire un chignon, mais j’ai relevé le défi !

Est-ce que tu as une période de l’année préférée ?

G : Oui, je dirai le printemps quand les terrasses reviennent dans notre rue et à Nantes en général. C’est une période où les gens ressortent, se retrouvent, j’aime vraiment beaucoup ces moments !

La Mèche Rebelle salon de coiffure à Nantes rue Maréchal Joffre

Selon toi, quelles sont les qualités requises pour effectuer ton métier de coiffeur ?

G : La patience, être manuel, bien que ça s’apprenne, beaucoup d’écoute et surtout de l’imagination. C’est cette dernière qui amène des images dans la tête et qui fait qu’on est habité par ce que l’on voit. Moi, quand je regarde les gens, je vois des formes, des volumes, des lignes…

Qu’est-ce qui te motive chaque jour ?

G : C’est le fait de travailler dans un contexte qui est assez idéal. Je travaille dans un lieu que j’ai créé et avec une équipe que j’ai choisie. On est tous les trois passionnés par notre métier et je n’aurais pas pu travailler avec des gens qui n’aiment pas ce qu’ils font. Le quartier me motive aussi, c’est comme un village.

« Dans dix ans, je pense que je serai encore là ! »

As-tu une anecdote à nous raconter ?

G : J’en ai tellement (rires). Je dirai que c’est la fois où on nous a volé, puis ramené notre enseigne. Pendant le confinement, notre enseigne, qui est au-dessus de la porte, a été subtilisée durant trois mois… Et un matin, je l’ai retrouvée devant la porte du salon !

La Mèche Rebelle salon de coiffure à Nantes rue Maréchal Joffre

Est-ce que tu as un petit mot pour la fin ?

G : Je vous souhaite à tous une bonne fin d’année et à bientôt au salon 😊

Un grand merci à Gildas de La Mèche Rebelle pour son accueil convivial ! Si vous souhaitez vous faire couper les cheveux dans un cadre original et vivre une expérience que vous n’oublierez pas, on vous conseille vivement de faire confiance aux doigts de fée de Gildas et son équipe !