Portrait de Patricia et Roland – Salon Uma Nova à Nantes

Like 16

C’est dans leur salon de coiffure aux influences portugaises et aux touches artistiques que Patricia et Roland, nous ont accueillis. Le salon nantais Uma Nova est situé dans le joli quartier Saint-Mihiel. Découvrez leur portrait, l’histoire de leur concept et leurs inspirations dans cette nouvelle interview portrait !

Quel a été votre déclic pour ouvrir le salon de coiffure Uma Nova ?

Patricia : C’est un projet de vie, une rencontre, un coup de cœur qui nous a fait quitter Paris et la Bretagne. Et puis l’envie de travailler ensemble, de créer un espace à notre image. Conquérir les nantais, je ne ne sais pas (rires) mais en tout cas, c’est parti de là. Le lieu, et puis le projet puisque Roland avait son salon à Quimper et moi j’étais salariée à Paris.

Et ce salon de coiffure justement, vous l’avez choisi comment ?

P : On a mis pas mal de temps à trouver le local, ça a été assez laborieux et puis on a eu pas mal d’opportunités de reprise aussi. Mais au fur et à mesure de nos recherches et que le salon se construisait, on a senti que c’était vraiment une création, qu’on avait envie de réaliser, de partir de zéro. Donc il fallait trouver le lieu, il fallait qu’on soit inspirés. Ça a mis un peu de temps, mais on est ravis d’avoir trouvé cet emplacement, et puis dans ce quartier qui est juste extra !

Roland : On avait vraiment envie de créer notre lieu, on savait qu’on serait deux, voir trois, donc une petite structure ! On avait aussi l’envie de faire notre petit bout de chemin.

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier de coiffeurs ?

P : Je crois que c’est vraiment de réconcilier les gens avec leurs cheveux, c’est de les inspirer, le contact, les échanges… Le fait de pouvoir vivre notre travail comme on le sent, comme on l’aime. Alors ça passe par créer un espace qui soit accueillant et à notre image, à chaque visite les gens ont l’air de se sentir bien !

R : Ça ne fait pas trop salon de coiffure, c’est agréable ! Mais c’est vrai qu’on a mis plus d’un an à trouver le local donc on a eu le temps de l’imaginer. On a visité beaucoup de salons, les quartiers c’était pas ça, ou alors il fallait reprendre du personnel, il fallait que ce soit un investissement lourd… C’est en allant courir le long de l’Erdre qu’un jour nous avons vu un petit papier sur la vitrine, j’étais avec mon neveu, et voilà, on a téléphoné le matin et l’après-midi, c’était signé. Tous les travaux ont été faits par un de mes neveux donc ça a vraiment été fait comme on l’a décidé !

Et avant le salon de coiffure, c’était quoi comme activité dans ces locaux ?

R : C’était une assurance, durant une dizaine d’années. On a tout cassé, on a tout refait. On a aussi été aidés par des organismes, des partenaires financiers.

P : Oui, il y a eu toute une démarche auprès de la chambre de commerce, de Nantes Initiatives donc il y a eu tout un parcours pour créer l’entreprise et que ça devienne concret. C’est un peu comme quand on créé une coiffure, un look, ce sont des empiècements mis bout à bout qui créent le projet. On invente, on se réinvente, on a le plaisir de changer de décor régulièrement.

R : Oui, on est très axés sur les vitrines, on a jamais eu une vitrine de coiffeur, ce qui n’est pas péjoratif, mais il n’y a jamais de posters de coiffure etc, on s’investit beaucoup. Ça nous fait vraiment kiffer !

Oui, c’est vrai que lorsqu’on arrive, on voit tout ce décor, ces azulejos et on se dit « Ah mais c’est un salon de coiffure, c’est original ! »

R : D’où le nom du salon d’ailleurs, « Uma Nova » ça signifie « Une Nouvelle » en portugais.

P : Ça vient de mes origines, toute la déco vient de là-bas. On en a réalisé nous-même, sur place.

R : C’est vrai que les mangas en azulejos, ça n’existe pas (rires) ! On a vraiment pris du plaisir à faire ça.

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

Les trois mots qui vous définissent le mieux ?

P : La complémentarité, l’écoute et puis la sympathie. On essaie de faire en sorte que ce soit décontracté, qu’il n’y ai pas de chichi et d’être accueillants. Par la force des choses, tout a été imaginé à deux et en commun.

R : Ça reste une entreprise donc il faut gérer tout à deux. Patricia est plus côté artistique, créativité, je n’en manque pas non plus, mais on a un équilibre.

« J’ai toujours été formé même si techniquement, on connaît notre travail, mais c’est important pour se renouveler »

Les trois mots qui définissent le mieux votre savoir-faire en tant que coiffeurs nantais ?

P : Je pense que c’est l’expérience, l’expertise. Chaque année, je me dis que c’est une année d’expérience supplémentaire, que ce soit technique ou même dans le relationnel. C’est à force de vivre des expériences, des rencontres que nous évoluons. Chacun évolue personnellement et on évolue ensemble. Certains clients viennent depuis nos débuts donc il y a un certain chemin et ça c’est chouette aussi.

R : Patricia travaillait dans un salon à Paris où il y avait beaucoup de monde, on a toujours été entourés, on a fait beaucoup de formations. Après la formation, c’est important même maintenant, lundi prochain on a une formation tous les deux. J’ai été formateur dans une académie à Paris, ça m’a beaucoup aidé, mais ça m’a aussi fait prendre conscience que même en tant que formateur si on ne se forme pas, ça ne fonctionne pas.

Les produits évoluent et les techniques de coiffure évoluent aussi…

R : Oui, les produits, les techniques, les envies. En ce moment par exemple, on revient beaucoup sur les cheveux bouclés, nous, on adore ! On tente vraiment de réconcilier les gens avec leurs cheveux, qu’ils soient raides ou bouclés. Beaucoup de personnes qui ont les cheveux bouclés, stressent quand elles vont chez le coiffeur. Parce que certains, n’aiment pas trop les travailler ou parce qu’ils vont contre en proposant des lissages, des brushings etc. Nous on essaie de garder la texture et d’améliorer la façon de les coiffer au jour le jour. Les gens se disent souvent « Ah c’est facile à coiffer » mais non.

P : Oui, l’idée c’est d’aller dans le sens du naturel, que les personnes se sentent à l’aise et de leur montrer les bons gestes, la bonne routine. Et en même temps, on peut aussi changer l’apparence, si on veut les porter lisses, c’est possible, mais l’idée c’est de ne pas aller contre sa nature. Il y en a beaucoup aussi qui se les lissaient, mais qui le week-end ne faisait rien finalement, on essaie vraiment de transmettre nos conseils et les bons gestes pour ne plus être esclave du brushing, du lissage, etc.

R : Oui, ça devient tendance et c’est joli. On le voit beaucoup dans les journaux télévisés, ça rentre dans plus en plus dans la mode et dans les mœurs.

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

Le compliment d’un client du salon qui vous a le plus touché ?

P : « Allez-y les yeux fermés », c’est vraiment ce qui touche à la confiance, c’est valorisant.

La prestation ou la technique de coiffure que vous préférez ?

R : On aime tout ! Patricia est très pointue sur la technique, les couleurs, les éclaircissements, etc. Moi, c’est plus la coupe et le coiffage, parce que mon premier métier, c’était formateur, pendant plusieurs années, j’ai eu un centre de formation pour les professionnels en Bretagne et c’est vrai que j’étais plus axé sur la technique Vidal Sassoon donc avec des petits ciseaux, de la technique, etc. Et je suis toujours resté dans ce concept-là, je sais faire de la couleur, des mèches, etc, mais je prends moins de plaisir à faire ça.

D’accord donc toi, c’est plus la coupe et le coiffage et Patricia la couleur et les techniques.

P : Je dirais que surtout depuis qu’on a ouvert le salon, c’est de m’occuper des clients de A à Z, de pouvoir avoir tous les outils pour intervenir aussi bien sur la coupe que sur la couleur, la forme. Parce que j’ai travaillé dans des salons et des équipes ou chacun avait un poste et aujourd’hui, je peux vraiment tout faire et ça, c’est extra parce qu’on peut vraiment personnaliser. Ça m’a beaucoup fait évoluer le fait de pouvoir élargir un peu plus mes compétences en coiffure. J’avais des connaissances avec une formation complète, mais là, je vais plus loin et c’est ça que je préfère.

La réalisation dont vous êtes les plus fiers ?

R : L’ensemble du concept, tout ce qu’on fait jusqu’ici, même nos formations ! On s’est reformés complètement pour se remettre dedans, en administratif, en compta, etc. Tout ça nous a beaucoup servi parce qu’on a remis à plat tout, alors qu’on avait un passif de travail, moi,  j’étais déjà propriétaire d’un salon depuis plus de vingt ans à Quimper.

P : Oui notre plus belle réalisation, c’est le projet Uma Nova et d’avoir donné naissance à ce lieu et à le faire évoluer. On parlait de nos vitrines tout à l’heure et elles entretiennent notre identité et notre savoir-faire assez large parce qu’on aime bien créer.

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

portrait-uma-nova-coiffeur-nantes  portrait-uma-nova-coiffeur-nantes

La coupe ou le soin idéal juste avant l’été ?

R : Je pense qu’il n’y en a pas vraiment, sauf si on veut faire du marketing (rires). C’est vraiment du soin au jour le jour, de l’entretien régulier pour être bien dans sa tête. Après oui, il y a des petites choses et des petites tendances.

P : Oui c’est vraiment une éducation, on explique les bons gestes à avoir et puis en mettant en place une bonne routine on entretien bien ses cheveux, c’est comme la peau. Donc, avant l’été, c’est surtout en fonction des envies qu’on peut avoir, comme toute l’année, on peut avoir des envies saisonnières et il y aura peut être besoin d’avoir plus de soin à certains moments. Si on a envie de décolorer ses cheveux,  on fait tout pour que ce soit respectueux des cheveux, mais en traitant chimiquement les cheveux, il faut bien compenser.

« Même si les gens ne savent pas toujours ce dont ils ont envie, en échangeant et en faisant un réel diagnostic, on imagine ensemble. Comme dit Roland « Il n’y a pas de mauvais cheveux » »

Qui est-ce qui vous entoure professionnellement ?

P : Aujourd’hui, on est indépendants mais on est bien entourés, on a des partenaires. Aussi, on a eu des apprentis à deux reprises, des stagiaires également, nous allons d’ailleurs accueillir une nouvelle stagiaire qui est en reconversion et qui souhaite découvrir le métier. Et c’est vrai que ça aussi, ce sont des réalisation dont on peut être fiers, d’accompagner à la découverte du métier et de partager notre savoir-faire. En partenaires, nous avons l’Oréal, Bumble and bumble, Sebastian et puis comme dans la mode, il y a un système de collections donc deux fois par an ces marques sortent de nouveaux concepts et de nouveaux produits. Et derrière ces produits, il y a tout un concept d’image et de looks avec les produits et ça nous permet de nous inspirer en plus des formations où on se retrouve avec plusieurs coiffeurs. Les partenaires sont importants parce que les produits sont nos outils de travail.

Où vous voyez-vous dans dix ans ? 

R : Moi, je ne sais absolument rien ! Je vis l’instant présent et je fais bien ce que je sais faire. Et après au fil du temps, évoluer et voir comment ça se comporte. On ne tire pas de plans sur la comète.

P : Oui, il n’y a pas de plan stratégique et puis je pense que c’est vraiment dans notre fonctionnement à tous les deux que ce soit professionnellement ou personnellement, on est dans l’instant présent. Même si on a su se projeter évidemment même pour réaliser certains projets. On tente de se nourrir aussi à travers les musées, le cinéma, les voyages et en étant à l’écoute et curieux, c’est ça qui fait que nous nous inspirons.

Un mot de la fin ?

R : On a un beau métier, on fait de belles rencontres pourvu que ça dure !

P : Oui, on a la chance d’avoir trouvé un métier qui nous plaît et c’est un métier que nous pouvons exercer de plusieurs façons. Il nous arrive de participer à des événements artistiques en dehors du salon donc ça nous permet de découvrir d’autres choses. Ce qui nous plaît, c’est l’humain, il y a un sens fort.

On espère que cet échange vous aura intéressé et fait découvrir une superbe adresse. Si vous recherchez un excellent coiffeur sur Nantes et que vous souhaitez passer un moment chaleureux dans un superbe salon au bord de l’Erdre, vous savez où aller, chez Uma Nova ! 😉